Sur le même sujet

A lire aussi

Suis-je le gardien de mon frère ?

Le quatrième roman de Jean-François Haas poursuit une entreprise littéraire qui, depuis ses commencements en 2007, nous paraît très importante. Il y défend une vision à la fois inquiète et bienveillante du monde contemporain et invente un langage pour la dire. C’est une œuvre belle, grande et forte.
Jean-François Haas
Panthère noire dans un jardin
(Seuil)

Parfois, on rencontre des œuvres ; ou bien elles nous rencontrent. C’est un heurt entre elles et nous – quelque chose qui ouvre à la grandeur compliquée du monde. Et ces lectures lumineuses, enthousiasmantes, se partagent. Depuis Dans la gueule de la baleine guerre, son premier roman en 2007, Jean-François Haas poursuit un « cheminement » d’écriture, invite à emprunter des sentiers fictionnels inexplorés et construit une œuvre d’une cohérence profonde et un style d’un compact et d’une poésie fascinants. Poursuivie avec J’ai avancé comme la nuit vient<...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi