A lire aussi

"Souvenirs en forme de nuages flottants"

« Il était fatigué d’avoir marché si longtemps. Mais il éprouvait pour une fois un sentiment de sérénité, avec la certitude d’être revenu à l’endroit exact d’où il était parti un jour, à la même place, à la même heure et à la même saison, comme deux aiguilles se rejoignent sur le cadran quand il est minuit. » Ces quelques lignes qu’on lira dans les dernières pages de L’Horizon donnent une idée de ce qui fait la nouveauté du roman de Modiano : le bonheur semble possible.

Oui, le bonheur est une idée presque neuve chez l’auteur de La Petite Bijou ou d’Un pedigree. Presque puisque les héros d’Une jeunesse, s’affranchissant des liens qui les entravaient, des fréquentations douteuses et des petits trafics auxquels ils étaient contraints pour survivre vivaient enfin en paix en atteignant l’âge adulte. Jean Bosmans et Margaret Le Coz attendront longtemps avant de se retrouver pour vivre enfin l’amour qui les unit. Quarante ans s’écoulent entre le moment de leur première rencontre, dans Paris, et leurs retrouvailles à Berlin. Le titre...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine