A lire aussi

Sous les vagues du temps

La Russie occupe une place singulière dans l’œuvre d’Olivier Rolin. Il lui a consacré un premier livre en 1987, En Russie. Il y est revenu, a découvert les îles Solovki et les lettres d’Alexeï Féodossiévitch Vangengheim, le météorologue.
Olivier Rolin
Le météorologue

Les cent soixante-huit lettres que Vangengheim a adressées à son épouse et à sa fille Éléonora attirent l’attention de l’écrivain. D’abord parce qu’elles décrivent son existence au quotidien, dans ce vieux monastère devenu l’un des premiers camps de l’ère soviétique. On y avait enfermé des savants, des intellectuels et autres byvchie, « gens d’autrefois ». Là se trouvaient rassemblés quelque trente mille volumes, apportés ou reçus par ces détenus : on l’apprend dans La Bibliothèque disparue, film dont Rolin est en quelque sorte le guide.


Ces lettres so...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine