Sous le masque du Gilles. Entretien avec Jean-Luc Despax

Article publié dans le n°1210 (01 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Dans un livre inclassable, le poète et essayiste Jean-Luc Despax rencontre et révèle le monde singulier du peintre Denis Pouppeville, havrais comme Raymond Queneau.
Jean-Luc Despax
Denis Pouppeville : la joie des profondeurs

Isabelle Lévesque : Après Rousseau dort tranquille (L’Herbe qui tremble, 2017), recueil de poèmes accompagnés de dessins de Denis Pouppeville, voici que vous publiez un grand livre où c’est vous qui accompagnez et nous présentez l’œuvre de ce peintre. Pourriez-vous nous raconter votre rencontre et ce qui fait votre proximité ? 


Jean-Luc Despax : J’ai rencontré Denis Pouppeville à l’occasion de la parution de mon livre de poèmes : Rousseau dort tranqui...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi