Sur le même sujet

« Seul l’art a le pouvoir de faire sortir la souffrance de l’abîme »

Article publié dans le n°1160 (01 nov. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Cette phrase1 condense la profonde complexité, l’immense difficulté, du travail psychique mobilisé pour endiguer la dévastation intime d’un trauma. Certes, en tant que psychanalyste, j’aimerais, sans arrière-pensée aucune, pouvoir ajouter à ce propos d’Aharon Appelfeld : « [Seul l’art] et/ou une psychanalyse » ; mais, plus modestement, il me faudrait alors rappeler la particularité irréductible d’une telle psychanalyse : la règle de « libres associations » n’y serait d’aucun recours ; elle révélerait même un contresens sur la nature du t...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi