A lire aussi

« Seul face à l'abîme »

L'histoire d'Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux en juin 1940, est peu connue. Quelques livres cités par Salim Bachi à la fin de son récit la rapportent. On ajoutera ce qu'en écrit Pierre Bayard dans Aurais-je été résistant ou bourreau ? Bachi a pris la voix de Mendes pour raconter cet été 1940 où tout a basculé.
Salim Bachi
Le Consul

Ce diplomate chevronné, qui avait été médiateur entre l’Angleterre et l’Allemagne lors d’une crise à Zanzibar en 1914, a soudain désobéi. Il a signé plus de trente mille visas permettant à des fugitifs et à des proscrits harcelés par les nazis de passer au Portugal. Il est devenu « l’homme dressé seul face à l’abîme » dont Salim Bachi raconte une partie de l’existence, autour de ce moment fatidique.


Parmi les nombreux persécutés que ce Juste a sauvés, dix mille juifs. Le titre décerné par le mémorial de Yad Vashem lui est revenu à titre posthume : Mendes e...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi