A lire aussi

Se souvenir d’Holder

Depuis trente ans, Éric Holder alternait nouvelles et romans. Parmi ces derniers, ma préférence va à L’Homme de chevet. On y suit un ex-boxeur légèrement dipsomane qui s’occupe d’une jeune Asiatique devenue tétraplégique à la suite d’un accident de voiture. On rencontre une première fois La Chinoise dans la nouvelle portant ce titre, publiée dix ans plus tôt ; une réussite, où la vitesse épaule la beauté.


Ses livres témoignaient d’une sensibilité qui, par pudeur extrême ou habile immodestie, se manifestait principalement sous forme de délicatesse intelligente (c...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine