A lire aussi

Livre du même auteur

Se choisir coupable

Article publié dans le n°1131 (01 juil. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Comment être à la hauteur d'un premier livre qui obtint, entre autres, le prix Goncourt du premier roman et donna immédiatement à son auteur une notoriété littéraire? Un homme effacé (Gallimard, 2013), Alexandre Postel publie chez le même éditeur L'Ascendant, où il prolonge avec intelligence son inspiration tout en la faisant basculer dans le registre du roman noir.
Alexandre Postel
L'ascendant

Comme Un homme effacé, ce nouveau roman met en scène un mécanisme – à la fois psychologique et policier – de la culpabilité involontaire. L’univers d’Alexandre Postel se construit autour de cette énigme, dont il tire des effets romanesques saisissants : comment un individu ordinaire découvre l’emprise insidieuse et terrifiante du mal, à l’occasion d’un événement apparemment anodin. On est proche de l’univers de Kafka, par une culpabilité sans cause lovée dans les méandres les plus mornes de la vie quotidienne. On peut penser aussi à Camus, par une écriture qui met au premie...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine