A lire aussi

Rompre avec soi-même

Serge Koster, écrivain partagé, sceptique et ambivalent, fait l'éloge de la rupture, condition qu'il connaît intimement, parce qu'il se reconnaît dans la formule « double je ». Si aimer c'est retrouver une part de soi chez l'autre, est-ce que le véritable amour mène inéluctablement au divorce ?
Serge Koster
Mes brouilles

Dès l'épigraphe, l'auteur annonce la couleur : « Une brouille, ce n'est rien ­ dût-on ne jamais se revoir­, tout juste une autre manière de vivre ensemble et sans se perdre de vue dans le petit monde étroit qui nous est donné. »


Est-ce possible ? Une citation de Jean-Paul Sartre pour commencer un texte de Serge Koster ? Au lieu d'un extrait puisé dans l'oeuvre de Paul Léautaud, son auteur de prédilection, celui qui, dans son journal d'après-guerre, regrette l'occupation allemande ? Koster est-il un homme de gauche ou de droite ? Est-il juif ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi