Sur le même sujet

A lire aussi

Romain Gary : "J'ai vécu..."

Chez les Romains, « Vixit » – « il a vécu » – contournait le tabou du mot « mort ». Souvenons-nous : « Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine », chantée par André Chénier. "La Promesse de l’aube", qui rapporte l’épopée de Romain Gary de sa naissance à la fin de la guerre et la disparition de sa mère, se clôt par cette phrase : « J’ai vécu ».

Dans le temps de ce récit mémorieux, Gary vient d’apprendre la mort de sa génitrice et l’arrachement d’un cordon ombilical à nul autre pareil. Mina Owczynska n’est plus, et lui de s’écrier « j’ai vécu », dans un stupéfiant parallélisme. Pourtant, Romain Gary est tout juste au mitan de ses jours : il va donc vivre, ardemment, et écrire passionnément, avec une ivresse démente, jusqu’à la fin des temps, qu’il aura programmée, en 1980, et dans l’ultime sursaut d’une volonté qui signait sa rage de vivre.


Romain Gary, dont on célèbre cette année le centenaire de la naiss...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi