Sur le même sujet

A lire aussi

Riche terre amérindienne

Peut-on décrire la terre ? Si l’auteur s’appelle Erd-rich, la tâche s’impose. Quel patronyme faut-il octroyer à un personnage censé incarner tout un continent ? Pourquoi pas le prénom d’un explorateur italien du XVIe siècle ? Même s’il risque d’être un peu lourd à porter. Irene America, l’héroïne du Jeu des ombres, sera ainsi chargée d’accomplir le destin du pays de ses ancêtres, la véritable Amérique. Elle devient une figure sacrificielle, appelée à se dévoiler, à partager ses mystères les plus intimes, à la fois ceux de sa Chair et de son Verbe.
Louise Erdrich
Le Jeu des ombres (Albin Michel)
Louise Erdrich
La décapotable rouge (Albin Michel)

Pour ce qui est de son corps, Irene l’offre gratuitement à son mari peintre. Gil s’en sert comme modèle, et fait fortune grâce à lui, avec une série de tableaux intitulée America, composée uniquement des portraits de sa femme. Il la propose aux amateurs d’art prêts à « claquer » des centaines de milliers de dollars afin d’emporter un morceau tangible de la « souffrance emblématique d’un peuple ». La série porte des étiquettes rationnelles et abstraites : America 4, America 18, America 47. La chair d’Irene est ainsi découpée, co...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi