Révolution étranglée

Ces deux ouvrages, dans des registres très différents malgré la parenté politique de leurs auteurs, évoquent un des épisodes majeurs de l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe au début du XXe siècle : l’effondrement de la monarchie allemande (concomitant de celui de la monarchie austro-hongroise), le déferlement de la révolution en Allemagne, son écrasement sanglant et l’instauration d’une république édifiée sur cette défaite. Comme en Autriche et en Italie, pays soumis aux mêmes secousses violentes, l’échec de la révolution débouchera sur le fascisme.
Paul Mattick
La révolution fut une belle aventure. Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains (1918-1934) (L'Echappée)
Paul Fröhlich
Rudolf Lindau
Jakob Walcher
Albert Schreiner
Révolution et contre-révolution en Allemagne (1918-1920). De la fondation du parti communiste au putsch de Kapp (Science Marxiste)

Pourquoi cet échec ? Frölich, Lindau, Schreiner et Walcher, dans leur ouvrage publié pour la première fois en 1929 par le KPD sans indication de noms d’auteur, tentent de l’expliquer. Ils furent tous les quatre membres du Parti communiste allemand (le KPD), fondé les tout derniers jours de décembre 1918. Frölich, auteur par ailleurs d’une remarquable biographie de Rosa Luxemburg (1) et d’une autobiographie passionnante (2), en fut exclu, ainsi que Walcher, en 1928 ; Schreiner subit le même sort l’année suivante. Seul Lindau fut épargné.


Le premier mérite de leur livre e...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine