Sur le même sujet

A lire aussi

Retour au pays

Le deuxième roman de Lilyane Beauquel témoigne d'une certaine obsession du décalage, de la difficulté de vivre pleinement, et donne à entendre une nostalgie impossible. Quelques rares livres inventent ainsi des formes presque magiques pour dire les troubles et la grandeur terrible de la vie.
Lilyane Beauquel
En remontant vers le Nord

À la fin du XIXe siècle, Sven, le héros et narrateur d'En remontant vers le Nord, parce que « la vie ne pourrait être ce remuement de terre et de neige, cette marche au cul des moutons », quitte à dix-sept ans sa famille et sa région natale pour s'aventurer dans le monde, rencontrer autre chose. Il visitera l'Europe, découvrira New York, sa « verticalité et le rythme échafaudé par les mathématiques, les couleurs pures, les formes simples ». L'exil durera dix ans. Devenu ingénieur, empli du sentiment du progrès, convaincu de la force des techniques no...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi