Rétif de la Bretonne

Françoise Le Borgne
Rétif de la Bretonne et la crise des genres littéraires (1767-1797)

À la mort de Rétif en 1806, son œuvre immense de plus d’une centaine de volumes, qui avait connu quelque succès, sombre plus ou moins dans l’oubli, malgré les efforts de Gérard de Nerval (Les Confidences de Monsieur Nicolas, histoire d’une vie littéraire au XVIIIe siècle, s. d.), de Monselet et d’assidus lecteurs de la Bibliothèque nationale, comme Jules Assézat, Octave Uzanne, John Grand-Carteret ou Guillaume Apollinaire qui consacrera à Rétif deux volumes des Maîtres de l’amour.


Il a existé tout au long du XIXe siècle, pour certains auteurs (Sade, en particuli...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine