Religion et identités

Professeur d’histoire romaine à Cornell University, Éric Rebillard signe, en deux cents pages que distinguent la clarté et la passion, une étude sur les chrétiens d’Afrique du Nord dans l’Antiquité tardive. Contredisant l’idée largement répandue selon laquelle les communautés religieuses représentaient des groupes clairement délimités, il montre que les identités étaient floues, basées sur l’appartenance ethnique, sociale et sexuelle des individus.
Éric Rebillard
Les Chrétiens dans l'antiquité tardive et leurs identités multiples. Afrique du Nord, 200-450 après J.-C.

L’auteur commence par s’attacher à la théorie de l’identité, qui définit les identités comme des « significations » que les individus se donnent en fonction des appartenances catégorielles (identités sociales), des rôles (identités de rôle) ou de leurs « entités biologiques » (identités personnelles). Cette théorie de l’identité introduit des perspectives utiles concernant les conditions dans lesquelles des identités multiples sont activées, Rebillard se concentrant sur les identités fondées sur des appartenances catégorielles comme l’ethnicité, la religion et la prof...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine