A lire aussi

Livres des mêmes auteurs

Recherche Miranda, désespérément

La littérature britannique contemporaine n’en finit plus de s’enrichir de l’apport original de nouveaux écrivains issus des différentes cultures de l’ancien Empire. Un des derniers exemples nous en est fourni par une jeune romancière née au Nigeria et installée en Angleterre à l’âge de quatre ans.
Helen Oyeyemi
Le blanc va aux sorcières

Helen Oyeyemi, née à la fin de l’année 1984, a tout de l’enfant prodige. Elle a écrit son premier roman, La Petite Icare, alors qu’elle était encore en Terminale et il a été publié en 2004, quand elle entamait ses études universitaires à Cambridge, à dix-neuf ans. Un deuxième roman, The Opposite House, a suivi dès 2006, et un troisième, Le blanc va aux sorcières, en 2009. Distingué par le prix Somerset-Maugham en 2010, il vient d’être traduit en français.


L’auteur y parle encore des relations familiales difficiles ou conflictuelles, des consciences hantées, et d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine