Quel avenir pour les cadavres

En 2012, des fouilles d’un genre inhabituel mirent au jour, sous une aire de stationnement, à Leicester, le cadavre d’un homme, décédé de mort violente au XVe siècle.
Philippe Charlier
Ouvrez quelques cadavres. Une anthropologie médicale du corps mort

Grâce à cette découverte, la mission de l’équipe qui s’est baptisée Looking for Richard (À la recherche de Richard) se voyait couronnée de succès. Comme les techniques scientifiques modernes ont pu le démontrer – grâce à une comparaison de l’ADN mitochondrial du défunt avec celui d’un ébéniste canadien, descendant avéré d’Anne d’York, la sœur du souverain anglais –, les ossements sont ceux de Richard III. Ce roi d’Angleterre, qui avait usurpé le trône de son neveu, Édouard, a été tué sur un champ de bataille, à Bosworth Field, au moment de la guerre des Deux-Roses. On s...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine