Qu’est-ce que le progrès?

Article publié dans le n°1201 (01 oct. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Pour les uns, postmodernistes, le progrès est passé de mode. Pour les autres, transhumanistes, il n’en est qu’à ses débuts. Pour le plus grand nombre, il est cause de perplexité. Qu’est-ce que le progrès ? De quoi y a-t-il progrès ? Est-il bien utile ? Tout dépend du registre dans lequel on se place : en termes physiques et biologiques, le progrès – la marche en avant – est inéluctable : l’éternel retour n’existe pas. Dès qu’il s’agit du temps humain, social, économique, technologique, tout devient incertain…

Tout d’abord, situons ce qu’on appelle « progrès ». C’est un genre de perfectionnement, avec ou sans fin, orienté vers le futur, composé d’une histoire, d’un parcours, d’événements cumulatifs, dont on peut garder la mémoire. La perfection peut être aussi atteinte par la rédemption, qui ne dépend qu’en partie de nos progrès, ou par la grâce divine, à laquelle nous ne pouvons rien. La perfection peut être encore recherchée dans la régression : le retour à un passé harmonieux. Voire, plus rarement, dans la stabilité absolue : tout est pour le mieux dans le meilleu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi