Pourquoi Robert Walser s'est-il effondré ?

Écrivain reconnu à Berlin où il vit de 1906 à 1913, Robert Walser retourne s’installer en Suisse et se consacre pendant de longues années à l’écriture d’innombrables « petites proses » publiées dans les revues et les journaux. En 1929, suite à une grave crise psychique, il est interné dans un asile où il passera le reste de sa vie et cessera d’écrire. La lecture de ses lettres – 266 sur les 750 retrouvées – permet de mieux cerner les tensions à l’œuvre dans la vie et l’écriture d’un des plus grands prosateurs de langue allemande.
Robert Walser
Lettres. De 1987 à 1949
(Zoé)

Il ne s’agit pas ici d’une correspondance, puisque les lettres adressées à Walser n’ont pas été retrouvées, ce qui donne à cette édition sa tonalité particulière : on est uniquement en présence des lettres de l’écrivain, composées pour la plupart avec autant de soin que les petites proses qui occupent son quotidien, au point qu’elles font véritablement partie de l’œuvre. Leur auteur s’y révèle en effet dans toute sa puissance poétique, usant continuellement de cette ironie qui caractérise son écriture, sans jamais se départir d’une sensibilité romantique qui fait de lui, en ce début...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine