A lire aussi

Pourfendeur d'illusions

Sept nouvelles, datant de la fin des années soixante-dix, qui entre-tissent tous les thèmes récurrents de l’œuvre de Richard Yates (1926-1992) avec sa propre histoire, réfléchissant sans fin la nature de son travail et ses angoisses fondatrices.
Richard Yates
Menteurs amoureux

Menteurs amoureux s’apparente à une galerie de portraits désaccordés, l’étrange chronique d’un homme qui s’approche de lui-même, de ses obsessions, des motifs souterrains de son œuvre. Yates y fouille sa biographie, en agence les éléments centraux – sa mère, l’alcool, le rapport frustré à l’art, son travail de publiciste, son séjour à Hollywood, le traumatisme de l’expérience de la guerre – pour élaborer des fictions d’une fascinante subtilité. S’y réfléchit l’indicible « difficulté d’écrire » et les mêmes enjeux s’y rejouent, les mêmes questions s’y déploient...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine