Sur le même sujet

A lire aussi

Pour une écologie pragmatique

Avec ce qu’il convient d’appeler la crise écologique, les ressources, et plus généralement tous les objets réputés naturels ne peuvent plus être traités comme de simples entités au service de fins humaines. Obligés du monde, nous sommes donc tenus de fabriquer une morale incluant les relations que les humains établissent avec ces objets que sont l’air, l’eau, le climat ; bref, ce vaste ensemble nécessaire à la poursuite de l’aventure humaine sur Terre. Tel est l’ancrage initial de la réflexion philosophique proposée par Émilie Hache.
Emilie Hache
Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique

L’auteure reprend l’impératif moral kantien « Agis de telle façon que tu traites l’humanité […] toujours en même temps comme fin, jamais simplement comme moyen », mais avec une définition de l’humanité étendue au monde dans lequel nous sommes condamnés à vivre. Émilie Hache prend le risque de ne pas reposer la question légitime de qui est responsable de quoi dans cette crise écologique, mais elle choisit plutôt d’argumenter à partir d’événements moraux permettant de répondre à cette crise et cela, en cherchant « comment prendre en compte les voix de ceux qui manquent à l’appel », c’est-à...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi