Pour une critique littéraire du troisième type

Quelque chose comme une « critique littéraire » existe-t-il encore aujourd’hui ? Il me semble que cette question a un intérêt général bien au-delà des spécialités professionnelles dans lesquelles elle s’incarne, parce qu’elle engage aussi l’existence de la « littérature ».

Que l’on entende « critique littéraire » au sens d’une critique journalistique, essentiellement évaluative, c’est-à-dire exprimant (et prescrivant) des jugements de goût, ou d’une critique « savante » essentiellement interprétative, c’est-à-dire établissant des significations possibles de l’œuvre, l’existence d’une « critique littéraire » est un symptôme essentiel de la vitalité (voire de la survie) de la « littérature ». Je m’explique, en m’inspirant d’une définition de la littérature, formulée naguère, si j’ai bonne mémoire, par Antoine Compagnon...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine