A lire aussi

Pour une anthropologie de l'imaginaire

Article publié dans le n°1170 (01 avril 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Les Structures anthropologiques de l’imaginaire parut pour la première fois en 1969. L’ouvrage en est aujourd’hui à sa douzième édition. Ce travail peu connu du grand public est pourtant l’une des références cardinales des études philosophiques, anthropologiques, littéraires et artistiques, puisqu’il mêle avec un brio exaltant tous ces domaines de connaissances. C’est dans le sillage des travaux de Gaston Bachelard que Gilbert Durand se proposa d’analyser les modalités particulières de la construction psychique du réel par l’imaginaire. Il donne naturellement à cette notion une extension très large, qui englobe à la fois le conscient et l’inconscient, la sphère de la rationalité et celle de l’onirisme. Sa démarche permet de définir de grandes polarités des images sans les figer. Elle construit un réseau de sens par tensions, proximités et complémentarités, qui englobe dans une vaste synthèse à la fois la rationalité, la corporéité, la gestualité, et la vie intérieure.
Gilbert Durand
Les Structures anthropologiques de l’imaginaire
(Dunod)

Le livre s’ouvre sur une critique des théories classiques de l’imagination, qui, de Platon à Sartre, assimilent celle-ci à une dégradation de la vérité. Selon Gilbert Durand, au contraire, l’image « est en elle-même porteuse d’un sens ». Il y a une « sémantique des images », et l’on ne saurait donc la réduire à l’habillage ornemental de la pensée consciente. Ce renversement par rapport à l’épistémologie rationaliste fait de l’imaginaire une puissance signifiante qui s’impose comme la vérité même du psychisme humain. Dès lors, on est en droit d’inverser la hiérarchie du ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine