Sur le même sujet

A lire aussi

Postérité du roman hugolien

Les années du Nouveau Roman et de l’écriture expérimentale sont derrière nous. Elles se sont effacées en même temps que la théorie littéraire, vaguement fille du structuralisme, qui les avait en partie rendues possibles. Ce formidable appétit de nouvelles formes narratives ne faisait que ranimer la flamme poétique de la fin du XIXe siècle et du surréalisme. Il resurgira plus tard, autrement, soyons-en sûrs, car les fluctuations de l’art sont par essence cycliques.
Duong Thu Huong
Les collines d'eucalyptus

C’est si vrai qu’on peut voir aujourd’hui, sous nos yeux, se reconstruire sur nouveaux matériaux le réalisme romantique, bien différent d’un naturalisme hanté par le « sociétal » – qui par ailleurs triomphe en France. Ce réalisme romantique a pour modèle originel la prose monumentale de Hugo, qui sut mêler avec génie la description du monde, son analyse politique et le plus haut lyrisme. Relisez Les Misérables – on ne le fait plus guère –, vous verrez, les machines hugoliennes, tentaculaires et monstrueuses, restent des chefs-d’œuvre pas du to...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi