Portrait : Simone Weil

Article publié dans le n°1171 (16 avril 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y en a pas de plus vital que le passé. » (L’Enracinement)

Une aura « rimbaldienne » s’attache à la figure de Simone Weil, de par la fulgurance de sa trajectoire, l’atmosphère d’absolu, d’intransigeance et de « voyance » qui se dégage de ses écrits.


« Dans ces moments la présence de Dieu en nous a pour condition un secret si profond qu’elle soit un secret même pour nous. Il y a des moments où penser à Dieu nous sépare de lui. »
(Formes de l’amour implicite de Dieu)


Les athées purs et durs – ceux qui divinisent leur athéisme, en font une Idole ou y frétillent comme des poissons ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi