Sur le même sujet

A lire aussi

Portrait : Juan Carlos Onetti. Deux milliards de bêtes qui sentent le mouton

Article publié dans le n°1176 (01 juil. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Un auteur, un écrivain, le plus souvent n’est pas un homme.
C’est une femelle qu’il faut payer, tout en sachant qu’elle est toujours prête à s’offrir ailleurs.
C’est une pute.
 » (Gaston Gallimard)


 


Je serais incapable de « résumer l’intrigue » d’un roman de Juan Carlos Onetti ou de donner le sujet de telle nouvelle. Je ne me souviens pas forcément de « ce que ça raconte ». Un livre d’Onetti, ça raconte que nous sommes en présence d’un livre d’Onetti. D’ailleurs, on ne sait pas toujo...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi