A lire aussi

Polymorphie

 La parution du dernier opus de la série policière mettant en scène Kurt Wallander présente l’occasion de nous interroger sur l’œuvre polymorphe et engagée d’Henning Mankell, sur ce qu’elle révèle de notre époque.
Henning Mankell
L'homme inquiet. La dernière enquête de Wallander (Den orolige mannen)

La vie est une sorte d’énigme. Il est mille manières de s’en dépêtrer, d’y trouver une solution, d’en faire jaillir quelque chose. Notre vie est l’épreuve de cette énigme. Le sens du désordre – le mouvement même de l’œuvre policière (1) – constitue le moteur de l’existence, son inventaire inversé en quelque sorte. Cette énigme fascine, obsède, entreprenant tous les sujets du monde – depuis la perversité criminelle d’un Ranpo Edogawa (2), les dispositifs narratifs d’Agatha Christie, les personnages récurrents à la façon de Conan Doyle ou de Simenon, jusqu’aux dissections politiques des ro...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine