A lire aussi

"Poétiquement, c'est-à-dire précisément"

Ces deux livres du même auteur, urbaniste, philosophe, dramaturge, poète – et d’autres choses encore –, paraissent au même moment et semblent pourtant n’avoir en commun que le nom de celui qui les a conçus.
Jean-Christophe Bailly
Le parti pris des animaux (Christian Bourgois)
Jean-Christophe Bailly
La phrase urbaine (Seuil)

De quoi traitent-ils en effet, sous la forme commune du recueil plus ou moins chronologiquement composé d’articles ou de conférences qui s’échelonnent entre 1981 et 2012 pour le premier, 2003 et 2011 pour le second ? La Phrase urbaine rassemble des essais qui ont tous trait à l’architecture. Ils reflètent l’évolution d’une réflexion toujours recommencée sur l’habitat, la ville, certaines villes visitées et étudiées à l’occasion de voyages ou de colloques, et singulièrement Paris, ses rues, ses quartiers, ses banlieues.


On passe de l’examen général et comme à vol d’o...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine