A lire aussi

Plantation Massa-Lanmaux

Derrière l’anse de sable noir et ses canots venait une lisière d’épais buissons, au-dessus de laquelle une belle route bordée de palmiers longeait le rivage, franchissait sur un petit pont de bois les ruisselets qui s’écoulaient sur la plage, avant de se transformer ensuite en sentier, et d’aller se perdre derrière les falaises. Au-delà de cette route, passé quelques savanes, commençait à cent ou deux cents pas une plaine légèrement inclinée, semée de bâtiments, de groupes d’habitations et de jardins reliés en tous sens par des chemins – le tout présentant l’aspect d’un village clairsemé...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine