A lire aussi

Philip Roth, traqueur d’hypocrisie

Fin du XXe siècle, États-Unis, les chiens sont lâchés. Une chasse hystérique au sorcier bandant se met en branle autour de la Maison Blanche. Tandis que le président Clinton est censé améliorer le sort de ses concitoyens américains, il se fait polir le chinois par une stagiaire appliquée, entièrement dévouée à sa cause. Tandis que le peuple attend de lui des miracles, il prodigue une cour carabinée à son assistante, reine de la turlutte de son état. Enfin, Mister President, courir la gueuse dans le faste du Bureau ovale, ça ne se fait pas ; décharger sur la robe d’une...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine