A lire aussi

Philip Roth, marque déposée ?

Philip Roth à la retraite ? Jamais ! À New York, il organise ses archives et travaille étroitement avec ses biographes. À Paris, ses éditeurs français ont collaboré avec lui sur un nouveau « packaging » de l’œuvre, afin de mettre au premier plan le Roth tardif, celui qui est censé avoir brossé un portrait de l’Amérique entière. Que doit-on penser des romans des quarante premières années de sa carrière ? Sont-ils trop formels ou solipsistes ? Parce que, de fait, il y a eu plusieurs Roth, comme le démontre son amie Claudia Roth Pierpont, journaliste au New Yorker, qui vient de publier une hagiographie très remarquée.
Claudia Roth Pierpont
Roth unbound. A writer and his book (Farrar Straus et Giroux)
Michael Kimmage
In history's grip. Philip Roth's Newark trilogy (Stanford University Press)
Philip Roth
L'Amérique de Philip Roth (Gallimard collection "Quarto")

Philip Roth a-t-il écrit le « grand roman américain » ? Deux des quatre œuvres réunies dans la collection « Quarto » se réfèrent à l’Amérique dans leur titre : Pastorale américaine et Le Complot contre l’Amérique. De quoi plaire à un public français friand des romans prétendant incarner les États-Unis. Le dernier en date, de Richard Ford, lauréat du prix Femina étranger 2013, a vaillamment essayé d’éviter une formule trop galvaudée en prenant le nom du pays voisin, sans tromper personne.


L’Amérique se vend bien. Au cinéma, American Beauty...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine