Peut-être sommes nous frères

Les ambassadeurs de la Nation du Bœuf sont arrivés et nous ont donné une quantité incroyable de riz sauvage et de blé d’Inde. On nous a enlevé nos souliers et nos bas, puis on nous a graissé les pieds et les jambes, qu’ils ont peints en rouge. Ils nous ont enlevé nos vêtements jusqu’à ce que nous soyons tous nus et ils nous ont vêtus d’habits de peau de bison et de fourrure de castor blanc. Puis ils sont tous venus pleurer sur nos têtes jusqu’à ce que nous soyons trempés de leurs larmes. Ils nous frottaient les bras et tout le corps de leurs mains, qu’ils posaient ensuite sur nos têtes, ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi