Sur le même sujet

Petit guide du surréalisme à l’usage des fantômes

Article publié dans le n°1192 (16 avril 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Que peut-on s’attendre à trouver dans le XVe arrondissement de Paris ? On répondra, au choix : des épiceries, des cadres et professions libérales ou encore un nouveau centre commercial… Mais la réponse de Roger Caillois a de quoi surprendre : lui, il y a trouvé des fantômes.
Roger Caillois
Petit Guide du XVe arrondissement à l’usage des fantômes

S’aventurant au-delà de l’École militaire pour s’enfoncer dans le dédale d’immeubles résidentiels et de commerces d’un arrondissement éminemment banal et qui semble à mille lieues de la Transylvanie, Roger Caillois se souvient de l’intertitre inquiétant de Nosferatu le vampire (Allemagne, 1922) : « Dès qu’il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre. » Caillois a rompu avec le mouvement surréaliste dès 1935, pour rejoindre les dissidents du Collège de sociologie et de la revue Acéphale, qu’il contribua à fonder...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi