A lire aussi

Paysages

Christophe Pradeau s’interroge sur le paysage comme « miracle d’un espace qui s’ordonne autour de soi, intelligible et chargé d’émotions », faisant s’enrouler ensemble deux histoires qui n’en forment qu’une, troublante, puissamment ancrée dans des espaces qui portent haut l’imaginaire. Un livre remarquablement bien écrit, maîtrisé et complexe, qui, lorsqu’on y songe, fait croire aux effets de la mémoire et à l’enchantement des lieux. 

Commencer par la fin comme l’on commence par le début, laisser se faire l’histoire comme elle se défait, faire d’un roman la fuite d’un être et la conjuration d’une peur ancienne. Le roman de Christophe Pradeau ressemble à un écheveau serré qu’une main habile élabore patiemment. Tout s’y mêle, compact, souterrainement lié. Le livre adopte la forme inverse de celle qu’il aurait dû prendre, l’histoire qui en déclenche la mécanique étant déportée, comme dans un blanc du temps et de la pensée que l’écriture vient combler comme une offrande. Ainsi s’organise une manière de retour en arrière, ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine