A lire aussi

Partir de rien

Christine Spianti
Partir de rien. Chant II

Go on donc, ce vendredi 10 avril à trois heures. (On est le 15 mai.) En enfer on triche, on cherche à déjouer l’hiatus, c’est un peu minable, mais bon. (Tu aurais pu aussi bien partir un jour brûlant de juillet comme Quichotte) oui, mais c’est un vendredi à trois heures que je suis partie, de rien, de la rue de Clignancourt, le 10 avril. Pure convention. C’est toujours le 10 avril que sont reprises les Annales de l’Enfer dans les livres. Il y en a un qui a ouvert le chemin ce jour-là, alors, sept siècles plus tard, jour pour jour, on s’y tient, nous autres qui venons après, sur les boule...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine