A lire aussi

Partir de rien

Christine Spianti
Partir de rien. Chant III

Juste comme je suis en train de me dire (à partir de maintenant, cours, cours à perdre haleine, n’importe quelle rue, la Bibliothèque est par là quoiqu’il arrive, hop un grand élan et puis, si au bout du bas, il n’y a plus rien, tu verras bien quand tu y seras) – me voici bousculée – Encore ! Mais ! Qui est-ce qui empêche les gens de passer ? Et se jette agile en travers du chemin ? Se tient sans bouger devant mon visage ? Je fais marche arrière sans discuter. (Ce qui t’assaille est-ce que ce n’est pas un reste d’orgueil insurgé d’être ainsi soumis à l’ultimatum de la bifurcati...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine