Sur le même sujet

A lire aussi

Paradoxes d'une nation

 Avec ces deux romans, nous découvrons un auteur magistral s’interrogeant sur les rapports compliqués qui s’ordonnent entre violence et progrès, sur les contradictions terribles qui font de l’Amérique ce qu’elle est. Démesurée, l’œuvre de Wright entreprend, avec une extraordinaire cohérence, la nature paradoxale d’un peuple de « dévorateurs » et nous entraîne dans l’aventure fascinante d’une nation qui s’exorcise.
Stephen Wright
Méditations en vert (Meditations in Green) (Gallmeister)
Stephen Wright
La Polka des bâtards (The Amalgamation Polka) (Gallimard (Du monde entier))

Il est des auteurs qui enfantent des monstres, des livres inclassables, bruts, travaillés par des forces qui les dépassent, hybrides, ordonnant à la fois une vision terrible du monde et une cohérence obsessive, répétées sans cesse, portés sans répit dans les profondeurs de la conscience qu’ils assaillent avec force, comme vivants. Stephen Wright est, sans doute possible, de ceux-là : écrivains magistraux et discrets qui, en quelques livres et sur une période longue, s’attachent à redire la nécessité d’interroger leur environnement mental et physique, intemporel et historique, de faire re...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi