Orphée venu de Bessarabie

L’actualité Fondane, avec la réédition de La Conscience malheureuse et le volume de théâtre (1), est prolongée par les Poèmes retrouvés. Ils sortent du « grand sac en plastique empli de manuscrits » qu’en janvier 1996 Jeanne Tissier, sœur de Geneviève, la femme de Fondane, confie à Monique Jutrin. 
Benjamin Fondane
Poèmes retrouvés. 1925-1944 édition sans fin

Ces manuscrits, inédits, ou parus en revue et non repris dans l'oeuvre poétique, Monique Jutrin (2) les a classés en trois périodes. D'abord 1925-1930, les premiers poèmes en français ­ en 1923, Benjamin Fundoainu, poète roumain, a émigré à Paris. L'instrument grince quelque peu, comme une voix migrée dans un nouveau gosier essaie ses cordes, légèrement mal à l'aise. On perçoit une impalpable étrangeté des images et des euphonies qui ne se perdra pas entièrement avec la maîtrise, et aussi une influence de la poésie française de l'époque, surréaliste évidemment. Influence qui, elle, craqu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine