A lire aussi

« On écrit toujours pour quelqu'un »

Un récit intime puisé à « l'inexprimable bonheur de l'enfance », abordant l'ensemble des questions qui, discrètement, hantent toute l'œuvre de Jean-Michel Delacomptée.

L'enfance, l'indicible, le deuil infini, la perte d’une part de la langue, de son épaisseur, la désuétude des formes rigoureuses et le désordre d’un temps profondément angoissé, le passage obstiné par les mots de nos grands prédécesseurs, les modèles qu’on adopte, les contradictions qui nous fondent, l’exercice de la sympathie...


Voilà la liste – non exhaustive – des éléments qui irriguent ce récit. Delacomptée, avec la délicatesse de ces êtres que l’on se plaît à croire timides, livre des pans entiers de son univers le plus intime, de son enfance, de ce qui le fait être ce qu’il...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine