« Nous sommes des antihéros ». Entretien avec Denis Michelis

Dans cet entretien, Denis Michelis, auteur de trois romans, nous révèle combien la violence et la littérature allemande, souvent macabre et sombre, ont influencé son écriture et pourquoi nous sommes tous des antihéros.

Velimir Mladenović : Pourquoi l’adolescence est-elle si fascinante pour vous ?


Denis Michelis : C’est une bonne question ! Si je devais faire de la psychologie de comptoir et parler de moi (ce qui n’est pas dans mes habitudes), je dirais que j’ai connu une adolescence compliquée à un certain moment et où il m’a fallu jouer l’adulte très rapidement, presque du jour au lendemain et, bien entendu, cela a influencé mon écriture. Et c’est justement ce qui me fascine chez les a...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi