« Nous n’avons que le choix du noir »

La collection de poche de La Table Ronde, « La Petite Vermillon », réédite des romans noirs sous la direction de Jérôme Leroy, dans l’intention de témoigner de la valeur et de la vigueur d’un genre qu’il affectionne entre tous pour sa valeur littéraire, mâtinée d’humour noir et de « mauvais esprit ». Démonstration réussie.

On le sait en France depuis les années 1980 (un peu avant, un peu après, dans la liste non exhaustive qui suit[1]) et l’émergence des belles plumes de Manchette, Fajardie, Vautrin, Siniac, Jonquet, Raynal, Jaouen, Daeninckx, Oppel, Pouy… rien de tel qu’un bon roman noir pour s’offrir un portrait de la société attentif à ses maux, ses marges, ses malaises, ses violences. Ni thriller (récit à suspense dont les conflits entre un héros et ses ennemis cherchent à faire « frémir » de peur), ni polar (dont le récit s’organise autour...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi