Ninon de Lenclos

Il existe dans l’histoire culturelle des personnages auxquels on attribue un rôle essentiel sans que l’on sache vraiment qui ils étaient et ce qu’ils ont fait exactement. Ils sont pensés comme des phares, des compagnons, des passeurs obligés en leur temps, trace imprécise mais indispensable à notre compréhension d’une époque ou même parfois d’une œuvre.
Michel Vergé-Franceschi
Ninon de Lenclos. Libertine du Grand siècle
(Payot)

Les surréalistes ont traqué ces hommes et ces œuvres de référence, qu’il s’agisse de Lautréamont, de Sade ou de tous les prédécesseurs qu’évoque André Breton dans ses Manifestes. Entendons-nous, il s’agit moins de sources que d’éclaireurs qui préfigurent les ruptures à venir.


Ainsi en est-il de Ninon de l’Enclos ou Lenclos (1623-1705), fille bien née, musicienne et chanteuse, femme pleine de beauté et de grâce, amoureuse célèbre, louée par ses contemporains pour son charme, devenue personnage de roman dans la Clélie de Madeleine de Scudéry. Elle eut une foule d’...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine