Sur le même sujet

A lire aussi

Nietzsche poète

Malgré plusieurs tentatives éditoriales (par Ribemont-Dessaignes, dans la collection « Poésie/Gallimard », dans la collection « Poètes d’aujourd’hui », etc.), les poèmes de Nietzsche restent méconnus. Faut-il continuer de distinguer le philosophe du poète ?

Cette édition des Poèmes complets vient combler de nombreuses lacunes (avec ses inédits conséquents) et réparer de gênantes erreurs, par le retrait ici d’un poème patriotique (Nietzsche ayant eu le malheur d’en recopier un, sa sœur l’a considéré par erreur comme sien et s’en est servie aux fins que l’on connaît) et là d’un poème sur le suicide (dû à Meissner). Il faut débarrasser Nietzsche de tout ce qui contribue à le déformer, et présenter autant ces poèmes édités ou intégrés dans des essais (moins de 80 pages en français) que les poèmes posthumes (plus de 300 pages en françai...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi