A lire aussi

"Ne pas se laisser anéantir"

« C’est seulement au sein d’un peuple qu’un homme peut vivre en tant qu’homme parmi les hommes, s’il ne veut pas mourir d’épuisement. Et seul un peuple vivant et fonctionnant de concert avec d’autres peuples peut contribuer à établir sur la terre habitée par nous tous un monde des hommes créé et contrôlé en commun par nous tous. » Cette affirmation énergique et radicale de la volonté humaine, appel impérieux et dramatique à l’agir sous sa forme essentiellement politique, pourrait servir de fil conducteur à la lecture du volumineux ensemble qui est présenté sous le titre un peu trompeur d’Écrits juifs de Hannah Arendt.
Hannah Arendt
Ecrits juifs
(Fayard)

Un peu trompeur car s’il est vrai que les études, les essais, les articles de presse, les lettres rassemblés dans ce recueil traitent bien du sort des Juifs européens depuis leur émancipation au cours du XIXe siècle jusqu’à la création de l’État d’Israël, c’est d’abord la condition humaine, la vie active, l’histoire universelle qui constituent la préoccupation majeure d’une réflexion soucieuse de cerner au plus près l’événement en sa nouveauté. 


Cependant, pour Hannah Arendt, on ne peut exercer son jugement dans le vide : comprendre, analyser, voire théoriser la tourmente po...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine