A lire aussi

Nazisme et modernité

Article publié dans le n°1204 (16 nov. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Jeffrey Herf mène l’enquête sur les sources idéologiques du nazisme, remontant ainsi jusqu’à la question de la technologie moderne.
Jeffrey Herf
Le modernisme réactionnaire. Haine de la raison et culte de la technologie aux sources du nazisme

Jeffrey Herf l’a voulu ainsi : il ne s’agit ni de plaire ni de contrarier qui que ce soit, mais de renverser les présupposés dominants, selon lesquels le nazisme se serait signalé par son antimodernisme. Le lecteur, alerté par une telle radicalité de l’énoncé, commence alors la traversée de cette étude à la fois passionnante et dérangeante. C’est que parler de nazisme ne va pas sans quelques précautions, surtout lorsqu’il s’agit de démontrer que le phénomène du nazisme, si tant est qu’il s’agisse d’un phénomène, est plus complexe qu’il n’y paraît. Quelle est donc cette complexité que nou...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine