Sur le même sujet

Naissance du poème

Article publié dans le n°1186 (16 janv. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

C’est la genèse du poème que nous restitue Pierre Dhainaut : en établissant une connivence avec les aquarelles de Caroline François-Rubino, la ligne horizontale des couleurs épouse le sillon des vers.
Pierre Dhainaut
Paysage de Genèse

Le bleu, s’il entre dans la composition légère d’une toile ou d’un poème, fait naître la lumière. Le gris et le noir font peser cette couleur.


Des mots du lexique maritime naissent les poèmes de la première partie : « vague », « plage », « houle »… Mais le tout « sans balises ». Le poète semble suivre la ligne d’horizon des peintures à l’horizontalité indécise et féconde. Où finit la mer ? Où commence le ciel ? À l’appel des poèmes, on entend les premiers sons balbutiés, répétés puis changés :


Buée grise, nuée grise, entre ici et là-bas,
très lo...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi