A lire aussi

Mina Loy : égérie passionnée de l’art moderne

Ma supposition est que tout récit de qualité – prose ou poésie – recèle une formule clé qui révèle et légitime son sens profond. Elle nous est ici fournie dès les premières pages : « Et puis il y a les livres, ces petites portes qu’on ouvre sur l’infini. »
Mathieu Terence
Mina Loy, éperdument

Deux voix se font entendre en surimpression : celle de Mathieu Terence, indissociable de celle de son héroïne, Mina Loy (1882-1966). Ils ont en partage une identique poursuite de la transcendance de l’art, la même quête de l’indépendance individuelle par la création et cette ascèse singulière dont vous gratifie le sexe : « Si l’on rend synonymes la modernité d’une époque et la liberté des femmes qui y vivent, à coup sûr sa trajectoire témoigne de leur émancipation au début du XXe siècle en Occident. » Pour tenter de cerner au plus intime cette femme ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine