Sur le même sujet

A lire aussi

Métaphysique du surréalisme

Georges Sebbag étudie depuis près de trente ans le mouvement surréaliste et les contours concrets de ses pratiques philosophiques. Dans « Potence avec paratonnerre. Surréalisme et philosophie », paru en 2012 chez Hermann, l’écrivain et philosophe du temps livre un trésor qui établit méticuleusement les héritages, les emprunts et les créations originales du surréalisme dans l’espace de la pensée. Alors que l’auteur vient de publier une anthologie « Philosophies surréalistes » chez Jean-Michel Place, retour sur une somme qui clarifie le gigantesque collage philosophique et poétique d’un mouvement pris dans sa globalité.
Georges Sebbag
Potence avec paratonnerre. Surréalisme et philosophie

Le surréalisme n’est pas, pour Georges Sebbag, un mouvement où l’on pourrait distinguer sans danger telle voix singulière dans la multitude ni même une seule philosophie : dès l’origine du projet, il s’agit de détecter les communautés de pensée et de sonder les sources d’une forme d’intelligence collective, construite dans une temporalité à la fois continue et fragmentée. Non seulement les surréalistes échangent constamment au point de produire une langue commune, mais ils partagent des lectures intenses qui tissent entre eux le texte des penseurs, des analystes, des moralistes et des ph...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi