A lire aussi

Merleau-Ponty en perspective

 L’édition des Œuvres de Simone Weil dans la collection « Quarto » avait été une belle réussite, qui avait bien révélé toutes les dimensions de la philosophe. Les éditions Gallimard reprennent la formule pour Maurice Merleau-Ponty, dans un volume compact de plus de 1 800 pages, organisé par Claude Lefort – tout récemment décédé, hélas (1) – et qui comporte une substantielle chronologie « Vie et œuvre », riche de documents photographiques et de citations, notamment tirées d’entretiens inédits avec Georges Charbonnier de 1959.

Ce lourd et pourtant très maniable volume, qui rassemble la plupart des œuvres publiées de Merleau-Ponty, depuis la Phénoménologie de la perception de 1945 jusqu’à La Prose du monde posthume de 1969, peut donner l’illusion d’avoir ainsi, « sous la main » en quelque sorte, une œuvre achevée, close, monumentale. Déjà classique, mais peut-être lointaine. Une somme. Un tombeau.


Mais cette somme est présentée par un disciple, des plus fidèles, un ancien élève qui n’a cessé de maintenir le souvenir de son professeur du lycée Carnot en 1940-1941 et de montrer la pertin...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine