Sur le même sujet

A lire aussi

Marie Depussé : l’écriture, la psychanalyse et la clinique de La Borde

Écrivain, psychanalyste, professeur de littérature, Marie Depussé nous laisse plusieurs livres lumineux qui, empreints d’éléments biographiques, traitent de l’hôpital, de la folie, de la mort, des marges… Son expérience – de la littérature à la clinique de la folie, en passant par l’enseignement – lui permet de déployer une écriture délicate et riche d’enseignements pour la psychanalyse. C’est son parcours engagé et transversal – comme l’aurait sans doute qualifié son ami, le philosophe et psychanalyste Félix Guattari, à qui elle dédia son premier roman sur la clinique de La Borde – que nous souhaitons (trop brièvement) restituer ici et auquel nous rendons hommage.

De la militance à l’écriture


« Je suis arrivée à La Borde un jour d’été. J’avais, il me semble, 20 ans. C’était la fin d’une guerre, un ami sortait de prison, il faisait beau… »


Nous sommes alors en 1962 : c’est la fin de la guerre d’Algérie. Marie poursuit des études de lettres et va régulièrement écouter Lacan. Nombre d’étudiants viennent alors à La Borde. Plus tard, plusieurs d’entre eux deviendront célèbres dans les sciences humaines, la philosophie ou la littérature. Ils ne sont pas docteurs ni infirmiers. Ils viennent d’ailleurs. Étudiants...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi